Contactez-nous +33 (0)9 85 60 60 67 ou infos@formamod.com

Reconversion professionnelle dans la mode

Reconversion professionnelle dans la mode
7 août 2018 communication

Reconversion professionnelle dans la mode

Comment changer de métier ?

Une nouvelle passion comme profession, un quotidien plus créatif et stimulant, un parcours de vie plus épanouissant, des missions mieux adaptées à votre évolution… Un français sur trois aurait dans l’idée de faire une reconversion professionnelle. Aujourd’hui la durée d’un métier n’est plus la même qu’à l’époque de nos parents. Choisir de faire une reconversion professionnelle est presque rentré dans les mœurs éducatives. Les salariés changent en moyenne 4 à 5 fois d’employeurs selon l’Insee.  Près d’un salarié sur 2 souhaite changer d’entreprise mais aussi de métier et 62% sont tentés par la formation continue (sources sondage BVA pour salesforce). Ils changent d’entreprises, certes mais ils changent aussi de métier voir de secteur. Dans un monde où la polyvalence est devenue le critère numéro 1 des profils recrutés, où les startups fusent, où de nouveaux métiers voient le jour : nous ne sommes plus spécialisés mais plurivalents. Cette multiple casquette permet une grande souplesse dans nos choix de carrière… Car tout est question d’adaptation. L’envie de découvrir de nouvelles structures, de partager une ambiance plus dynamique, de développer des projets plus innovants… Toutes les opportunités peuvent être saisies pour changer de vie.

  1. Faire le point niveau professionnel et personnel

Avant d’amorcer une reconversion professionnelle dans la mode, il s’agit de vous poser les bonnes questions. Quel est devenu l’élément le plus important dans votre travail ? Est-ce le besoin de générer de nouveaux projets, travailler au sein d’une équipe soudée, devenir votre propre patron, augmenter votre salaire… Il est ensuite judicieux d’établir un bilan de compétences qui découle de vos expériences passées. Quelles sont devenues vos spécialités, vos qualités professionnelles reconnues ? Pour faire votre bilan de compétences, voici le lien vers le site du Fongécif. Vous devez ressortir quelques éléments phares qui vont vous guider vers votre futur métier, même approximativement. Faire une étude de marché et regarder quels sont les secteurs qui ont le vent en poupe peut être aussi un critère de sélection. Il est ensuite conseillé d’intégrer vos réponses à ces questions dans un projet de vie globale en gardant à l’esprit l’équilibre entre vie professionnelle et vie de famille.

  1. Choisir son type de formation pour une reconversion professionnelle adaptée

Vous souhaitez apprendre un métier dans la mode sans aucune base et devenir créateur de mode. Vous avez pour objectif de monter en compétences en faisant du sur-mesure et afin d’évoluer dans votre métier de couturière. Ou encore, vous décidez d’acquérir une expertise supplémentaire comme la CAO/DAO (Lectra, photoshop, illustrator, etc.) par exemple…. Mais comment fait-on une reconversion professionnelle dans la mode, une fois que le choix est fait ?

Sachez tout d’abord que le terme exact pour désigner ce type de formation est la formation professionnelle ou formation continue. Elle peut se faire à distance ou bien en présentiel selon l’établissement que vous choisirez.

  1. Opter pour un financement des organismes spécialisés pour la reconversion

Afin de financer sa reconversion professionnelle dans la mode, plusieurs possibilités s’offrent à vous en fonction de votre situation.

La reconversion professionnelle quand vous travaillez

  • Le CIF (Congé Individuel de Formation) Tous les salariés peuvent en bénéficier s’ils justifient d’une ancienneté d’au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans une même entreprise. Pour les entreprises artisanales de moins de 10 salariés, il faut compter 36 mois. Ce congé permet de s’absenter de l’entreprise pour une durée déterminée d’1 an maximum à temps plein. Ce système présente un double intérêt car le coût de la formation est pris en charge et le maintien du salaire également par le Fongécif ou OPACIF. Toutefois, la construction d’un dossier solide et complet est primordiale, le Fongécif n’accepte qu’une demande sur deux. Se faire financer sa formation et non un dû mais une réelle aubaine qu’il faut respecter et prendre au sérieux. Tous les profils sont acceptés s’ils répondent à ces premiers critères. A noter que le profil prioritaire reste : le salarié non qualifié de plus de 40 ans issus d’entreprise de moins de 11 salariés.

 

  • DIF (Droit Individuel de Formation) En travaillant, vous vous constituez un crédit d’heures de formation à raison de 20h par an (10h pour un mi-temps) dans la limite de 120 heures sur 6 ans. Chaque année, votre employeur vous communique un document vous indiquant votre capital d’heures. Si le salarié bénéficie de l’accord de son employeur, il peut utiliser son crédit d’heures. Le DIF est destiné à financer les formations dites prioritaires afin de permettre au salarié d’accéder à une qualification plus élevée et de monter en compétences.

 

  • CPF (Compte Professionnel de Formation) En référence à la loi du 14 juin 2013 sur la sécurisation de l’emploi, un compte professionnel de formation est ouvert à tous dès son arrivée sur le marché du travail. Ce compte est conservé tout au long de sa vie professionnelle. Chaque année, le salarié récupère 20h de formation pour un temps plein. Ce système est prévu pour les personnes ayant quitté relativement tôt le système scolaire sans qualification professionnelle.

Pour plus d’informations sur le CIF, DIF, CPF vous pouvez cliquer sur ce lien.

  • VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) il s’applique à toutes personnes qui justifient d’au moins un an d’expérience en rapport direct avec la certification visée. L’objectif est d’obtenir un diplôme ou titre professionnel national reconnu par l’État ou le RNCP. Vous pouvez vous renseigner auprès d’un centre de conseil en VAE (Point Relais Conseil) le plus proche de votre domicile.

La reconversion professionnelle quand vous êtes au chômage

D’après une étude de Pôle Emploi, plus d’un tiers des personnes ayant été au chômage sortent en changeant de secteur d’activité, la reconversion professionnelle est donc une solution pour 50% des chômeurs.

  • La formation par contrat de travail en alternance. Il permet de se former à un métier grâce à un contrat d’apprentissage (de 53% à 78% du SMIC) ou un contrat de professionnalisation (Rémunération à 100% du SMIC pour les plus e 26 ans).
  • La formation certifiante ou diplômante en organisme de formation : les formations sont financées par les organismes de formation publics ou privés et délivrent un diplôme ou titre professionnel reconnu par l’Etat ou le RNCP.
  • Le recrutement par simulation est proposé par Pôle Emploi à certaines agences qui sont dans le besoin de main d’œuvre. Les personnes sélectionnées et novices dans le domaine peuvent tenter l’expérience par le biais de tests et de mises en situation. Si vous êtes bénéficiaire vous pouvez utiliser l’ARE ou bien votre compte CPF.

Formamod propose des formations initiales et continues reconnues par l’Etat et le RNCP et permet donc la reconversion professionnelle dans la mode.

Styliste : Cécile Messmer, titulaire du titre RNCP de Styliste Modéliste – Modèle : Ghislaine, formatrice en modélisme à Formamod

Si vous souhaitez en savoir plus sur le contenu des formations, en voici la liste :

Styliste – Modéliste /en cours de renouvellement RNCP /

Modéliste Prêt-à-Porter Femme / inscrit au RNCP  /

Fabricant de vêtement sur-mesure / Titre professionnel du Ministère de l’Emploi /

Créateur de mode en lingerie – Corseterie / en cours de reounvellement RNCP /

Si vous souhaitez effectuer une formation courte de quelques mois organisée sur-mesure grâce à notre système de modules spécialisés, cliquez sur ce lien.

Découvrez la success story de Sophie.D, qui a entamé  une reconversion professionnelle dans la mode.

Acheteuse pendant 10 ans, elle a suivi la formation en CIF de Styliste-Modéliste à Formamod financée par le Fongécif, afin de lancer sa  jeune marque de wax.

Cliquez ici, pour lire l’article de Sophie D, une jeune créatrice de wax à Paris.