Contactez-nous +33 (0)1 43 67 16 17 ou infos@formamod.com

Créatrice de wax à Paris

Créatrice de wax à Paris
2 août 2018 communication

Nous nous sommes rendus à l’atelier de Sophie.D, jeune créatrice de wax à Paris et ancienne étudiante de Formamod. En plein cœur du 11ème arrondissement verdoyant, dans un espace de co-working, pépinière de young designer, Sophie nous présente en privé ses propres collections géométriques, pepsy et colorées. Nous rencontrons également une étudiante actuelle de Formamod en modéliste prêt-à-porter femme, Maimouna qui effectue un stage en tant qu’assistante modéliste avec notre alumni. Sophie nous raconte sa formation à l’école, le lancement de sa marque… Ses doutes, ses inspirations et ses motivations. Un parcours exotique, culturel et rempli de bonnes énergies pour celles et ceux qui souhaitent aussi devenir créateur de mode à Paris

1). Bonjour Sophie, pour commencer qui es-tu ?

Je suis une jeune créatrice de wax à Paris. J’ai entamé une reconversion professionnelle par le biais d’un CIF (Congé Individuel de Formation). J’ai toujours travaillé dans la mode toutefois mes missions ne concernaient que la partie business de la mode. J’ai longtemps travaillé en tant qu’assistante chef de produit en PAP et acheteuse. Je savais donc vendre et négocier la mode sans pour autant savoir la créer. Cette partie créative et technique m’a pourtant toujours attirée mais je n’ai pas osé me lancer et j’attendais d’avoir plus d’expérience pour être sûre de moi. J’ai donc pris la décision il y a quelques années de faire une reconversion professionnelle et d’ajouter d’autres cordes à mon arc pour changer de métier tout en restant dans l’industrie de la mode. Étant donné que je ne voulais pas perdre de temps et que je savais précisément ce qu’il me manquait j’ai opté pour une formation continue chez Formamod qui m’a permis d’avoir un programme cousu sur-mesure avec des modules choisis qui se sont ajoutés les uns aux autres : Style – Patronnage – Moulage – Retouches et transformations… J’ai complété mon socle de compétences de manière accélérée en moins d’un an. Après ma formation, je maitrisai l’expression stylistique pour développer mon ADN de marque et concrétiser ce que j’avais en tête. C’est en 2017 que je lance ma première collection à l’aide du système de crowdfunding Ulule. Cliquez et retrouvez l’interview de Sophie par Ulule. 

2). Comment définirais-tu ta marque « Sophie.D » ?

C’est un pont entre l’Afrique et l’Occident. Les imprimés géométriques et les couleurs vives me viennent d’Afrique. Les coupes structurées et modernes c’est tout l’Occident. L’ADN de ma marque réside dans mon travail sur les lignes féminines et le confort. Je crée des vêtements où la femme se sent à l’aise dans ses mouvements car pour moi la mode n’est pas un carcan. Elle est libre, colorée et quotidienne. Grâce aux coupes modernes et au style épuré du vêtement en tant que tel, je peux me permettre d’ajouter ce type de motifs car  l’habit est construit selon une grande simplicité. Le wax ne fait donc jamais trop mais au contraire dynamise sa tenue au quotidien.

C’est le détail wax qui fait « l’originalité bien dosée » d’une tenue. Les couleurs captivent le regard. Les imprimés sont forts. Le mixe véhicule la gaîté portée

Je fabrique beaucoup de robes. Ma favorite reste la robe MAÏA avec son élégance discrète. Je l’apprécie tellement que je l’ai décliné en deux propositions avec un motif différent qui change même le style de la robe.  Je fais également des pantalons à pince ou encore des blouses. L’idée reste toujours de mixer un haut coloré en wax avec un pantalon basique et bien coupé. A contrario, une salopette à motif ou un pantalon imprimé se portera avec un t-shirt blanc ou noir uni. Même si le wax est assimilé à une période estivale, il peut se porter l’hiver et permet de booster l’humeur et le look du temps grisâtre d’un mois de janvier. Afin de toujours faire de nouvelles propositions, j’adapte mes créations aux saisons. Même si le motif chargé du wax est toujours présent, j’opte pour des teintes plus foncées et je rallonge les manches d’une robe ou je fais un col montant sur une blouse avec l’ajout d’une doublure. Les manteaux en wax sont aussi réalisables et changent réellement des grandes tendances hivernales parisiennes.

 

 

 

 

 

3). D’où vient le Wax exactement ?

Le Wax est passé entre plusieurs mains et plusieurs cultures.  L’imprimé sous cire a majoritairement été produit aux Pays-Bas. Loin de l’exotisme traditionnel « made in Africa » que l’on imagine, le Wax est en réalité un tissu venant d’Indonésie. Les méthodes d’impression des batiks proviennent de l’île de Java. Le Wax est composé à 100% de coton et trouve son originalité dans son type d’impression endroit et envers qui sont identiques. Le style a ensuite changé selon les cultures qui s’en sont appropriées.

4). Peux-tu nous donner des conseils sur l’association de ce style original dans la vie de tous les jours ?

Comment porter le wax ? La question que l’on se pose bien souvent surtout durant cet été 2018 qui rayonne sous les motifs graphiques et flashy d’un Wax plus que tendance.  Comment ne pas faire too much avec plus de 3 couleurs sur soi ? Est-il possible d’associer ces couleurs chatoyantes avec un style casual ? Comment ne pas paraître trop looké lorsque motifs et couleurs s’ajoutent ensemble ?

En tant que créatrice de Wax à Paris, je trouve que même si le Wax a un sacré cachet il peut se porter dans un esprit urbain chic sans souci. C’est ce que je propose avec ma marque. Si vous êtes frileuse sur les couleurs, vous pouvez déjà commencer par des accessoires ou détails individuels par petites touches sur un sac à main, un large bracelet ou  encore un foulard noué sur vos cheveux. Puis, si vous êtes à l’aise vous pouvez le porter en vêtement avec un haut léger de type cropped top  sur un jean bien coupé de couleur unie.  Mixer ces teintes flashys avec des tons pastels peut également être une bonne alternative au total look souvent risqué.  

Enfin, si vous décidez de jouer la carte du Waxvous pouvez choisir une pièce entière telle qu’une veste de blazer, un pantalon bouffant ou encore une jupe midi : vous êtes sûre d’opter pour une pièce mode ultra pointue.

En terme de couleurs, le Wax est souvent composé d’une dominante de jaune, orange, vert, rouge ou bleu. Il n’y a pas de nuance mais uniquement les couleurs primaires et secondaires. Cela peut donc très bien s’associer avec du noir ou du blanc.

C’est juste une question de personnalité et d’équilibre de style

Défilé de Sophie D – Pont Alexandre III au Faust

 

5). Quels sont les conseils et astuces à donner aux futures créatrices à Paris ?

Avant de se lancer en tant que créatrice à Paris, je pense qu’il est judicieux de faire un état des lieux et de formaliser son projet par écrit. D’être parfaitement capable de développer le projet en maîtrisant toutes les techniques qui s’y rattachent. Il est important d’avoir les idées claires avant de démarrer car beaucoup de paramètres viennent s’ajouter au projet que l’on avait pas foncièrement envisagé même si l’on était préparé. Ce projet peut ensuite être soumis à son entourage professionnel, amical ou familiale afin d’avoir des retours plus objectifs. Il est souvent difficile d’avoir du recul lorsque l’on est seul à monter un projet. Et l’erreur est de croire que l’on peut y arriver seul. Être bien entouré et développer son réseau joue beaucoup dans l’évolution et la faisabilité du projet. Il faut dépasser les premiers doutes du début. C’est un risque. Mais la vie est un risque qu’il est bon de prendre !